Articles

Reprendre le cours

Image
Inspirer et repartir

Après des semaines intenses en événements (il m'en faut assez peu finalement) et riches, très riches en émotions, il faut reprendre le cours de la vie.

Depuis cinq mois, nous savions que petit B repasserait dans le bloc opératoire, la date était fixée et mon coeur de maman sentait si fort que cela approchait. Alors je n'avais pas le coeur ni l'envie d'écrire.

Les rendez-vous préopératoires se sont s'enchaînés après les vacances de fin d'année. Je le savais, je n'ai pas eu le temps de voir autre chose. Dès que petit A était à la halte, hop nous partions à l'hôpital en plus des rendez-vous du suivi normal type ophtalmologue. Prenant petite M le midi pour lui (nous éviter) la sieste entraînant des soirées moisies, je n'ai pas eu le temps de respirer que déjà nous y étions. Au pied de ce fameux bloc, là où j'ai trop souvent  (à mon goût je sais que certains enfants y vont bien plus souvent et je ne compare pas, je pense à eux) la…

in extremis

Bonne année!

Je reviendrai par ici dans quelques jours mais après des vacances intensives et un début d'année sur les chapeaux de roue j'ai l'impression de ne pouvoir me poser!
Bonne et belle heureuse année à vous!

Et ils m'ont manqué!

Image
Manquer et attendre



Attendre la sortie des classes avec impatience pour leur faire plein de bisous et de câlins. je n'aurai pas cru que cela puisse arriver. Jusqu'à ce matin. Je n'ai jamais eu de difficultés à les laisser chez une nourrice (sauf quelques fois chez nounou n°2, que j'ai dû prendre par défaut!). A chaque retour de congé maternité et des vacances que j'avais pu avoir ensuite, reprendre le travail fut une libération. Je me sentais mauvaise mère que de dire cela. Je pensais que je n'étais pas faite pour jouer ce rôle, que je ne savais pas apprécier ce rôle et ces moments. Et puis ce matin est arrivé.

Depuis le retour des vacances d'automne, je prends petite M tous les midis. Pour que cela se passe mieux à l'école. J'ai donc toujours eu un ou deux enfants l'après-midi et parfois les trois pour le midi avec retour à l'école pour petit B l'après-midi. Je ne leur fais pas ou très peu faire les TAP. Donc depuis novembre j'étais…

Pourquoi?

Image
Se questionner et avoir peur

Pourquoi une fois de plus nous sommes-nous disputées? Pourquoi au sortir de la classe il a déjà fallu te dire "fais attention", négocier pour que tu mettes ton manteau "toi toute seule" mais avec un peu d'aide quand même car tu n'as que trois ans et demi. Pourquoi avons-nous dû nous disputer pour que je puisse mettre ton petit frère dans la voiture avant toi? Je le porte en écharpe puisque tu es en fauteuil roulant le temps de ton plâtre, donc tu dois attendre. Pourquoi a-t-il fallu élever la voix pour que tu acceptes d'être attachée dans ton siège et que je finisse par crier pour que tu arrêtes? Arrêtes de pleurer, de hurler, de râler, de crier.


Et puis un repas qui se déroule quand même tranquillement durant lequel tu manges sans rechigner ton choux romanesco rigolo et tes pommes de terre avec ton agneau (cela te pose beaucoup de questions que l'on mange de l'agneau, ce bébé de la brebis et du bélier - que tu aime…

Non

Image
Aimer et éduquer?

Mes enfants sont difficiles. Ou est-ce moi qui  n'y arrive pas? Ou un peu des deux?



Mes enfants affectionnent particulièrement un mot: NON. Lorsque je leur demande quelque chose qu'il s'agisse de m'aider ou de faire une activité, j'ai rarement des oui. Et si nous parvenons à le faire comme sa soeur va faire un atelier décor de Noël à la médiathèque (ne peut pas aller à la gym avant puisque c'est difficile avec une jambe dans le plâtre...) pendant que le petit B va à l'escrime avant de rejoindre sa soeur à l'atelier, et bien nous avons droit à une crise, souvent de petite M à la fin lorsqu'il nous faut regagner nos pénates.

Je n'arrive pas toujours à gérer. Parfois je crie, je les prends très fermement par la main ou le bras voire je la prends dans les bras (c'est souvent l'option que je prends avec petite M alors que je sais que cela augmente la crise). J'essaie d'éviter les situations de crise mais parfois c…

Mon rêve

Rêver et avoir le bonheur de le réaliser.

Je rêvais d'une fratrie de trois. Trois enfants me semblaient merveilleux. Mes cousins étaient tous au moins trois, sauf nous deux. Deux soeurs, très complices mais deux soeurs seulement.
Trois enfants, rapprochés évidemment car j'ai tellement apprécié jouer avec ma soeur et faire des activités avec elle! Rien de tel chez M. l'homme. Pas du tout les mêmes aspirations: pas de rêve d'enfants nombreux ou rapprochés, pas du tout ...

Mais la vie nous a un peu surpris et c'est chouette ainsi non? Nous avons eu la chance d'avoir des enfants facilement même si dame Nature a été un peu moqueuse avec n°1. La rentrée dans la maternité a été un peu trop rapide et très difficile mais n°2 nous a montré la voie de la vivacité, de la ténacité et de la force. Bébé A  m'a apporté la sérénité. Une grossesse sereine, une naissance sereine et une petite vie facile. Un dernier bébé si facile enfin pour l'instant. je soupçonne un pet…

Dormir

Image
Dormir et ... dormir


Je suis une grosse dormeuse en fin grosse... normale si je considère les données dont je dispose. Au moins 7 heures de sommeil (d'affilée de préférence) pour être en forme. Huit heures cela me plaît bien. Plus je ne sais même plus que cela existe.

J'ai des enfants (un peu rapprochés certes) qui se donnent le mot pour me faire passer des nuits pétillantes. Si au bout de cinq ans petit B daigne enfin réaliser quelques levers tardifs (après 7h30 hein! On est même allé une fois (il ne faut pas trop exagérer non plus) jusqu'à 10h30...  petite M et bébé A sont en pleine forme dès 7h30. Plutôt je dis non et je grogne mais je n'ai pas le choix. je savais qu'il fallait que j'ai des enfants rapprochés parce que je ne pourrais pas avoir de nouvelles nuits hâchées. Et pourtant. Plus nous avons d'enfants, plus ils dorment (il faudrait peut-être tenter un quatrième ahahah).

A sa naissance un peu prématurée (juste avant le début du 9e mois de grossess…